Attirer les insectes auxiliaires

Attirer les insectes auxillaires

Dans un jardin bien équilibré, dans lequel ne rentre ni pesticide ni herbicide, les insectes auxiliaires sont affairés en permanence. Mais quelle est leur utilité ?  Avant tout, ils participent à la biodiversité. Puis, chacun joue son rôle. Certains butinent, et, ainsi, pollinisent arbres fruitiers et légumes fruits, ce qui augmente leur production et en améliore la qualité, l’aspect, le goût et la conservation. D’autres se nourrissent d’indésirables.

 

Pour qu’ils viennent dans votre jardin, et aient envie d’y rester, offrez-leur un jardin naturel, aux massifs de fleurs diversifiés, entouré de haies vives, où ils trouvent refuge et nourriture. Chaque espèce a une prédilection pour une odeur, une couleur, une végétation plus ou moins dense. Plus il y a de plantes diverses dans le jardin, plus l’équilibre est respecté. Il n’y a pas de meilleure lutte contre les maladies et les parasites, plantes et petits animaux venant au secours des autres, et vice-versa. Cela commence par la diversité des plantations, un petit coin de prairie fleurie, l’acceptation de plantes sauvages – certains, monomaniaques, ne se nourrissent que de l’ortie, par exemple-, et une façon de jardiner très douce, en accord avec la nature.

 

La diversité au jardin n’est pas faite que de végétaux. Toutes sortes de niches écologiques sont les bienvenues, car elles appellent aussi bien des plantes que de petits animaux très différents. Cavités, étages divers, micro-climats, coins abandonnés, ombre humide, soleil violent, perchoirs improvisés ou naturels, fagots de bois, ronces : multipliez les biotopes ! Un abri de jardin ayant des ouvertures, même miniatures, une vielle grange ou un cabanon permettent aux insectes de nicher.

La coccinelle est l’emblème ces insectes qui rendent tant de services. Elle se nourrit des pucerons qui attaquent rosiers, capucines, fèves, haricots verts…

Mais il y aussi les carabes, excellents prédateurs des larves de la mouche de la carotte.

Ils se plaisent dans les endroits où poussent les herbes folles. Comme la punaise, la cicindèle, le scolopendre, etc.

Les  chrysopes, à l’âge adulte, mangent fourmis et pucerons. Les larves dévorent acariens, aleurodes, cochenilles à coque molle, thrips, doryphores, araignées rouges, petites chenilles, insectes en tout genre, vers blancs, fourmis, pucerons…. Actifs de mars à novembre, ils aiment particulièrement les endroits frais.

Tous ces insectes hivernent dans les granges, les cabanons, les trous dans les troncs d’arbres. Si votre jardin ne comporte pas suffisamment d’abris possibles, construisez-leur de petites maisons accueillantes, ou achetez-les toutes faites en jardinerie.

Les chrysopes font partie des insectes élevés pour la lutte biologique et vendus en jardinerie, comme les coccinelles ou les nématodes*, parasites microscopiques.

 

En usant de tous ces paramètres, le plus naturellement possible, vous cultivez un jardin sain où ne rentre aucun élément nocif, ni pour vous ni pour l’environnement, et bien accueillant pour les insectes utiles.

 

*Les nématodes ? Voici une solution biologique idéale pour lutter contre les larves de la mouche des terreaux. Ils pénètrent dans les larves par les orifices naturels, se développent et se reproduisent à l’intérieur. Les larves meurent après un ou deux jours. Lorsqu’elles se désintègrent, de nouvelles générations de nématodes se répandent, à la recherche de nouvelles proies. S’ils ne trouvent plus de proies, ils disparaissent par manque de nourriture.

D’autres nématodes parasitent les limaces: ces vers microscopiques, inoffensifs et très actifs, ne parasitent que ces gastéropodes. Au bout de quelques jours, la limace parasitée arrête de s’alimenter et se gonfle. Lorsqu’il n’y a plus de proies, les nématodes meurent, ne laissant aucune trace…

Et puis certains nématodes parasitent les larves d’otiorhynques, de noctuelles, de courtilières…

 

 
 
 
Laisser un commentaire
  1. Pascal

    Bonjour,
    Vous parlez d’otiorhynques et justement ma parcelle de fraisier en est colonisée (j’ai pu les voir la nuit et il y en a beaucoup). Ceux ci sont en train de dévorer toutes les feuilles de mes fraisiers et je recherche un moyen EFFICACE de les éliminer.
    J’ai essayé des produits insecticides classiques sans succès. J’ai vu que Vilmorin proposait des nématodes mais je sais pas ou m’en procurer (Leroy merlin ne les vend plus, ma jardinerie spécialisé ne le fait pas non). Ou puis je avoir le nématode Vilmorin?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée ou partagée. Les champs avec * sont obligatoires.

*

captcha

Please enter the CAPTCHA text

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>