Paillez, pour limiter les arrosages et entretenir le sol

Protéger-chaleur

Les grosses chaleurs arrivent, et l’arrosage vous préoccupe. Pour avoir l’esprit tranquille, paillez toutes vos plantes : massifs de vivaces et d’arbustes, haies…

Si les plantes bien installées vont se contenter de ce paillis permettant de conserver l’humidité, il n’en est pas de même pour les végétaux plantés récemment. Il faudra peut-être leur offrir un, voire plusieurs arrosages complémentaires en cours d’été.

En plus de retenir l’humidité, ce paillage entretient la vie du sol, car les vers de terre et tous les micro-organismes s’y sentent en sécurité. Cette couverture améliore aussi sa structure, lui donnant du corps s’il est sablonneux. Autre point à ne pas négliger : le paillis limite la prolifération des herbes indésirables.

Le paillage était, à l’origine, de la paille hachée finement. Il existe beaucoup d’alternatives à ce matériau. Vous en avez à portée de brouette, si vous savez observer. Feuilles mortes, tontes de gazon sèches et sans graines, compost peu décomposé, écorces broyées, petits déchets secs du jardin et engrais verts… Utilisez votre tondeuse pour réduire les feuilles larges ou coriaces, les tiges tendres, les tiges de fleurs fanées –sans graines-, mais attention à ce que ces matériaux soient bien secs, afin d’éviter tout risque de pourriture. Au potager, choisissez un paillis qui se décompose vite (tonte, feuilles tendres, broyat de branches vertes).

Dans le commerce, on trouve des cabosses de cacao concassées, de la paillette de lin ou de chanvre, des écorces de pin ( à utiliser seulement près des plantes de terre de bruyère, car elles acidifient le sol), des copeaux de bois…

Pour plus de facilité, n’hésitez pas à employer des films de paillage naturels, biodégradables, qui seront ‘avalés’ par la terre à la fin de la culture. Il existe différents films de paillage, à densités variables, car il est évident que le paillage ne va pas durer aussi longtemps autour de salades qu’autour de fraises ou de plantes de haies.

Les paillis ne doivent pas être enfouis, afin que le processus naturel de décomposition se mette en place et que le sol s’autofertilise en continu.
Attention à ne jamais couvrir le collet des plantes, cela les ferait pourrir.

 
 
 
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée ou partagée. Les champs avec * sont obligatoires.

*

captcha

Please enter the CAPTCHA text

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>